Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le monde d'Evinrude

  • P!nk, Beautiful trauma (2017)

    Inconditionnelle de P!nk, je me suis jetée sur son dernier album. Son single What about us m’avait convaincue de ne pas hésiter. Et c’est le drame. Beautiful trauma ouvre l’album, avec une mélodie qui sent le recyclage. Vient ensuite un duo fadasse avec Eminem. Puis la mélodie habituelle (But we lost it), la mélodie chiante mais très puissante dans son message1 (Barbies), et la mélodie larmoyante (Wild hearts can’t be broken, avec les violons à fond et le chat qu’on égorge2). Whatever you want, Where we go et Secrets tirent leur épingle du jeu mais rien de transcendant. Varier les styles (gospel, hip hop) n’y fait rien, quand ça ‘veut pas, ça ‘ veut pas.

    Alors oui, les paroles sont toujours travaillée, cash et pleine de sens. Mais moi j’aime les belles mélodies, les chansons qu’on a envie de chanter sous la douche à pleins poumons et les celles qui donnent envie de danser dans la rue avec les écouteurs sur les oreilles et le sourire aux lèvres. Et force est de constater qu’à part What about us, il ne se passe rien de la sorte avec cet l’album. C’est d’autant plus frustrant qu’on parle d’un album de P!nk. Beautiful trauma est un album banal. Le genre qu’on achète pour avoir l’intégrale de l’artiste dans sa CDthèque. Carton jaune.

     

     

    1 : non j’déconne

    2 : aussi présent à la fin de l’album avec You get my love. Coucou le chat

  • Imagine Dragons, Evolve, 2017

    Après le très bon Night vision et le sublimissime Smoke + Mirrors, Imagine Dragons était attendu. C’est sans doute pour cela que la première écoute de leur troisième album est déroutante. On est en terrain connu et pourtant rien n’est pareil. Plus rythmé, et plus expérimental, le groupe a dû innover pour ne pas stagner. Evolve surprend par la force de ses percussions. Plus puissant que l’album précédent, même parfois trop, on a l’impression que le groupe a oublié la mélodie en route sur certaines chansons (Start over, Dancing in the dark). Néanmoins, après une nouvelle écoute, la magie opère de nouveau. Résolument optimiste, Evolve est fait pour vous faire bouger (Believer) et chanter (Mouth of the river), dans le métro ou le TGV, difficile de ne pas gigoter ni meumeumer… Moins planant que l’album précédent mais tout aussi efficace, Evolve attire aussi bien qu’il surprend (Thunder). Peut-être n’est-il pas au niveau de Smoke + Mirrors mais il mérite qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour la voix du chanteur et les arrangements vocaux, la spécialité du groupe.

  • Younger Now (Miley Cyrus, 2017)

    Le nouvel album de Miley Cyrus, Younger now, est, contrairement à ce que son nom indique, un album plus mature, plus homogène et bien plus audible que le Bangerz. Avec Younger now, la chanteuse embarque son style pop rock dans le monde de la musique country. De Rainbowland en duo avec Dolly Parton à Thinkin’, Miley Cyrus décrit toute la palette de nuances country. Une très belle surprise musicale où l’on profite pleinement de sa voix chaude et grave, et des sonorités épurées de guitare électrique. Love someone est un vrai bijou : tribu aux 70s et pourtant tellement moderne, elle met en valeur la fabuleuse voix de la chanteuse. Plus apaisée, presque sombre et surtout loin des délires « artistiques » mêlant nudité et boule de démolition, Miley Cyrus est sortie de l’âge ingrat et cela s’entend. Réjouissons-nous, le résultat est hypnotique.

  • Agatha Raisin (M.C. Beaton, depuis 1992)

    M.C. Beaton a écrit une série de roman, avec pour personnage principale Agatha Raisin, jeune retraitée anglaise qui mène des enquêtes dans son petit village anglais.  Il existe pour le moment 23 romans et quelques nouvelles. Une dizaine ont été traduit en français pour le moment.

     

    Lire la suite