Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dark Shadows (Tim Burton, 2012)

    Darkshadows.jpgPar Sololudo

    Depuis quelques années, un seul film de Burton sur deux était bien, voire tout juste pas mal. Avec Dark Shadows, le realisateur renoue enfin avec la régularité : un film sorti = un navet. Dark Shadows n'est pas seulement un mauvais Burton (comme Alice au pays des merveilles), c'est tout simplement un très mauvais film inutile et désincarné. Acteurs à la ramasse qui surjouent complètement (à commencer par Johnny Deep qui pense que dès qu'on est maquillé à la truelle on n'a déjà fait 90% du job), atmosphère manquante, pas d'âme (même pas morte), images nulles, effets spéciaux inaboutis, gag qui sont vus et revus pour la plupart, et lorsqu'ils sont inédits, ils tombent à plat. Personnages indigestes, histoire inintéressante au possible, mini-intrigues qui ne servent strictement à rien dans le fil de l'histoire, un Alice Cooper qui vient "Cachetoner", et une Helena Bonham Carter que seul son mari fait bosser car elle assure le minimum syndical... Bref, un navet qui me fait presque regretter le pire film vu depuis un an : les tuches. Seul élément interessant : Eva Green, plus belle que jamais. Ça fait léger pour un film...

  • Le prénom (2012)

    le_prenom.jpgUn dîner de famille, une discussion animée et une soirée qui dégénère… Un thème classique traité de façon magistrale avec des acteurs parfaits. Je ne suis pas particulièrement fan de Patrick Bruel, mais bien forcée d’admettre qu’il est un excellent acteur. Il joue son personnage à la perfection donne à ce huit-clos un rythme inattendu. Valérie Benguigui, Charles Berling, Guillaume de Tonquédec et Judtih El Zein complètent ce magnifique casting, chacun apportant sa spécificité : la mère de famille qui en a gros sur le cœur, le professeur arrogant, le meilleur ami cachotier et la pièce rapportée.

    Pas de temps mort pour ce film qui me rappelle beaucoup « Le dîner de con » et « Un grand cri d’amour » : adaptation réussie d’une pièce de théâtre, rythme soutenu, humour et dialogues qui font mouche à chaque fois, sans oublier les rebondissements… Bref, un film français à ne pas rater si vous voulez rire et vous divertir.

  • Starters (Lissa Price, 2012)

    Starters.jpgQuatrième de couverture :
    « Vous rêvez d'une nouvelle jeunesse ? Devenez quelqu'un d'autre. Règles s'appliquant à la clientèle de Prime Destinations : N'oubliez pas que le corps dont vous êtes locataire est celui d'une jeune personne. Il vous est strictement interdit de le modifier ou de le blesser. Toute activité illicite entraînera l'annulation de votre contrat. Le corps que vous avez loué nous appartient. »

    Un virus a décimé toute une partie de la population ; ne restent que les personnes vaccinées en priorité : les mineurs (ou Starters), et les personnes âgées (ou Enders). La quasi-totalité des Starters sont pauvres et traqués pour être envoyés dans des camps de travail alors que les Enders sont riches et vivent librement. Prime Destinations proposent aux Starters de louer leur corps aux Enders contre une somme d’argent importante. Orpheline et sans grands-parents pour s’occuper d’elle et de son petit frère malade, Callie, 16 ans, se résout à tenter l’expérience. Mais l’échange ne se déroule pas comme prévu et elle se retrouve mêlée à un complot dont l’issue pourrait bien lui être fatale…

    Ceux qui ont aimé lire Hunger Games vont apprécier Starters. L’intrigue est originale, la lecture est fluide et prenante. On se retrouve très vite pris dans l’histoire. Ce livre se lit comme un policier, le côté science fiction en plus. Seul bémol : la fin pose beaucoup de questions et prend une tournure inattendue, à tel point qu’on se demande si le volume suivant y répondra de façon originale ou totalement prévisible. A suivre donc.

    L’adaptation cinématographique est déjà prévue :

  • Tomboys

    Tomboys.jpgLe trio TOMBOYS est né de l’évolution d’un groupe originaire de la région Poitou-Charentes, en Novembre 2011.


    Depuis 5 ans, Ken et Low, guitariste et batteur du groupe, naviguent dans les eaux bouillonnantes du rock indépendant. Au fil des concerts et des rencontres, ils façonnent leur vision d’un Rock sans détours ni concessions, délivrant des mélodies brutes aux sonorités chaudes et puissantes.


    Mr FAL, chanteur charismatique, les rejoint, incarnant cette musique d’une voix sombre et habitée.


    Tomboys vient de sortir son 1er EP « Plastic life », avec 5 titres disponibles à l’écoute sur leur site internet : http://www.tomboys.fr/


    Personnellement, j'accroche bien, vivement les prochains morceaux !


    Vous pouvez suivre l’actualité du groupe sur les réseaux sociaux :


    http://www.myspace.com/tomboysrockband


    http://facebook.com/tomboysmusic


    http://twitter.com/tomboysmusic


    Des dates de concerts sont aussi prévues : http://www.tomboys.fr/concerts-dates/


    Bonne écoute !