Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Expendables 2: unité spéciale (2012)

    expendables2.jpgJ’ai vu Expendables (le premier) en DVD, et j’ai moyennement aimé. Les grands acteurs du genre étaient présents mais j’avais trouvé le film fade, sans intérêt. Pourtant, je me suis laissée tenter par la suite. Le casting est encore plus étoffé (Jean-Claude Van Damme et Chuck Norris sont de la partie) et le trio Stallone-Willis-Schwarzenegger semble prometteur.


    Bien sûr, l’histoire est simplissime au possible. Mais on ne va pas voir un tel film pour la subtilité du scénario. On y va pour voir de la mitrailleuse, des scènes d’action et de la testostérone en concentré. Et contrairement au premier film, Expendables 2 ne s’arrête pas là : les acteurs s’éclatent et ça se voit. Jason Statham est en grande forme, Dolph Lundgren est souriant et Van Damme philosophe sur les moutons et les hommes. Ils jouent tous à fond la carte de l’autodérision et ça marche ! Second degré et références aux films de genre rendent le mélange surréaliste.


    Alors si vous êtes fan des films d’action des années 80, ou si vous avez juste envie de débrancher votre cerveau le temps d’un film, n’hésitez pas.

  • Facebook m'a tuer (Alexandre des Isnards, Thomas Zuber, 2011)

    Facebook_m_a_tuer.jpgJ’ai un une adresse email, un compte facebook, un compte twitter, un blog et je gère pas mal de choses grâce à internet. Suis-je accro à internet pour autant ? Ai-je besoin de me désintoxiquer ? C’est la question que je me suis posée en tombant sur le livre Facebook m’a tuer. Un seul moyen de savoir : voir si je me reconnais dans les personnages.

    Verdict après lecture : je suis à la fois rassurée et pétrifiée. Rassurée car non, je ne suis obsédée ni par mon smartphone ni par ma connexion internet. Pétrifiée car je me rends compte que le piège peut se refermer facilement si on n’y prend pas garde. La famille, les amis, le boulot et les cyber-loisirs peuvent vite devenir très envahissants et modifier nos relations avec les autres.

    Ce livre est à la fois drôle et utile. Il montre sans détour les travers d’internet et ses conséquences à travers des saynètes faciles et rapides à lire. Faites le test !

  • Les lois fondamentales de la stupidité humaine (C. M. Cipolla, 1988, 2012)

    Les_lois_fond_stup_hum.jpgJe suis tombée par hasard sur ce petit fascicule à la bibliothèque, et j’ai englouti la soixantaine de pages en quelques minutes. J’ai d’abord pris ce livre pour une blague, en me disant que j’allais découvrir moult exemples désopilants illustrant la stupidité de mes congéniales. J’aurais dû faire plus attention à l’auteur et à l’éditeur : C. M. Cipolla, historien de l’économie renommé et ancien profession de Berkley et de l’Ecole Normale Supérieur de Pise qui a publié cet ouvrage chez PUF (Presses Universitaires de France). Gage de sérieux. Enfin je crois.

    Le professeur, à l’aide d’une démarche (voulue) scientifique, nous explique les cinq lois fondamentales qui régissent les gens stupides et leurs actes. Très sceptique au début, je me suis laissé prendre au jeu, me demandant très régulièrement si l’auteur était sérieux ou s’il me prenait pour une courge. Le fait est que le ton et le style d’écriture de ce pamphlet rend la frontière entre 1er et 2nd degré très mince. Reste que ses arguments font mouche et pousse à se pencher sérieusement sur la question. Nous avons tous croisé dans notre vie des gens stupides en se demandant pourquoi ils agissaient de la sorte. Désormais, je sais qu’il n’y a rien à comprendre. Désormais je sais faire la différence entre la crétinerie et la stupidité. Désormais, je ferai au mieux pour rester loin des personnes stupides car s'il ne faut retenir qu’une chose de cette étude, c’est que « l’individu stupide est le type d’individu le plus dangereux ».

    Les lois fondamentales de la stupidité humaine est un savoureux mélange de vérités, de réflexion et de second degré qui amuse autant qu’il interpelle. Il ne reste qu’à ajouter à cela son expérience personnelle sur le sujet pour valider (ou pas) la théorie.