Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Havoc and Bright Lights, Alanis Morissette (2012)

    alanis-morissette_havoc-and-bright-lights.jpg

    Le nouvel album d’Alanis Morissette, Havoc and Bright Lights est disponible depuis le 28 Août 2012. Impossible de ne pas reconnaitre l’auteur des chansons en les écoutant, cet album est du pur style Alanis Morissette, ce qui est à la fois une bonne et une mauvaise chose. Une bonne chose, quand on considère les titres « Woman down », « Celebrity », « Lens », « Numb » car ils contiennent tout ce qui rend Alanis Morissette unique en son genre : ses rythmes, ses mélodies, sa voix… Une mauvaise chose pour les titres comme « ‘til you », « Spiral », « Win and win » car l’originalité est absente : on reconnait d’anciennes mélodies et on s’ennuie presque. Mais sans doute faut-il plusieurs écoutes pour saisir toutes les nuances de ce nouvel album.

    C’est un album agréable à écouter et indispensable pour les fans de l’artiste. Oublié le côté révolté, Alanis Morissette est apaisée et cela s’entend. Elle nous livre un album rock que j’écouterai et réécouterai avec plaisir même s’il n’est pas au niveau espéré. J’attendais un choc musical à la hauteur de Jagged a little pill ou Supposed Former Inflatuation Junkie, mais il faut se rendre à l’évidence, ce temps-là est loin… L’album est tout juste bon alors qu’il aurait dû être excellent.

    A noter qu’il existe une édition « Deluxe » contenant deux titres supplémentaires (pas les meilleurs de l’album) et surtout un CD live de titres (anciens et nouveaux) joués lors de son concert à Berlin.

  • Christophe Willem à Poitiers, 30 Août 2012

    i10551_Le_concert_de_Christophe_Willem_place_Leclerc_30_aout_2012.jpgJeudi 30 Août 2012. Christophe Willem est à Poitiers pour un concert offert par la mairie. Les pictaviens se sont déplacés en masse, submergeant totalement la place de l’Hôtel de Ville. Le concert commence.

    Ponctuel : c’est la première fois que je vois un concert débuter pile à l’heure. Le public est calme. Trop calme. Les deux premières chansons se déroulent devant une foule de curieux silencieux. C’est alors que Christophe Willem décide de passer à la vitesse supérieure.

    Décomplexé : Il s’adresse au public, le fait chanter, le secoue et réveille enfin l’assemblée. Enfants, adolescents, trentenaires, quinquagénaires et retraités, tout Poitiers est rassemblé et commence à se prendre au jeu. L’ambiance monte et Christophe Willem donne de la voix.

    Déchainé : Tantôt slow, tantôt disco, Christophe Willem ne ménage pas sa peine. Il se déhanche et transforme la place en dancefloor à ciel ouvert. Seulement trois musiciens pour l’accompagner mais le son est excellent : « Berlin » et « Double je » enflamment le public.

    Audacieux : Après avoir séduit et embarqué le public, C. Willem décide de fendre la foule pour se rendre au centre de la place. Les spectateurs surpris se laissent guider avec plaisir et se font entendre en accompagnant le chanteur.

    Pendant près de deux heures, C. Willem a conquis le public de Poitiers avec son dynamisme contagieux et sa voix unique. Je ne m’attendais pas à un concert de cette qualité. Alors Christophe, pour répondre à ta question : oui, c’était une très bonne soirée, et ton concert était « canontissime ». A la prochaine…