Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Agnes Obel : Aventine (2013)

     

    agnesobel_aventine.jpgDeux ans après Philharmonics, Agnes Obel est de retour avec son nouvel album Aventine. Avec des mélodies toujours épurées, Agnes Obel confirme qu'elle a un style bien à elle. Agréable à écouter, cet album me laisse tout de même sur ma faim. En effet, les mélodies sont trop proches de celles du premier album. L'originalité a déserté ce second album et c'est dommage. Les mêmes accompagnements de piano, les mêmes accords... on finit pas se lasser.

     

    Cela dit, si vous avez aimé Philharmonics, vous aimerez Aventine. Alors écoutez et laissez-vous bercer.

  • Effacée (de Teri Terry)

    Effacee.jpgVers 2050, les criminels de moins de 16 ans sont condamnés à avoir la mémoire effacée. Ils doivent repartir de zéro, avec interdiction d'éprouver des émotions négatives : un appareil greffé sur eux est là pour le contrôler.

    Kyla, 16 ans, a ainsi été "reprogrammée" et doit tout réapprendre sous le contrôle sévère des ses parents adoptifs.

    Mais, malgré son effacement, elle fait d'étranges cauchemars et se découvre des aptitudes qu'elle ne devrait plus avoir. Comme si son passé s'obstinait à remonter à la surface...

    L'intrigue est plutôt classique : un passé effacé qui ne semble pas être ce que tout le monde veut vous faire croire, des bribes de souvenirs qui réapparaissent, des individus qui disparaissent mystérieusement sans que personne ne s'alarme... Rien de vraiment original et pourtant une fois entamé, je n'ai pas pu lâcher le livre. Bien écrite, l'intrigue se développe petit à petit. Le lecteur avance avec Kyla et découvre avec elle la société et sa nouvelle vie. Prenant et agréable à lire, Effacée est une dystopie comme je les aime.

    Gros bémol tout de même : malgré une étude soigneuse du livre lors de l'achat, rien ne laissait paraitre que ce livre est le premier tome d'une série. Croyant lire une histoire complète, je me suis quelque peu agacée en découvrant que la fin n'en était pas une. Le deuxième tome vient de sortir en anglais et l'éditeur français s'est bien gardé d'en informer le lecteur potentiel. Pas très fair-play.

  • Gravity (de Alfonso Cuarón, 2013)

    Gravity2.jpgLe commandant de la navette spatiale américaine Explorer, Matt Kowalski (George Clooney), et l'astronaute scientifique Ryan Stone (Sandra Bullock), seuls survivants d'une mission spatiale destinée à réparer le télescope Hubble, tentent de retourner sur Terre en regagnant d'abord la station spatiale internationale.

    Un scenario très classique qui se décline de façon totalement originale avec des images à couper le souffle. Les plans et la photographie sont hyper-réalistes et permettent de plonger sans filet dans l'atmosphère étouffante et claustrophobe de cette aventure spatiale. Le rythme du film est parfait, alternant scènes d'action et temps de repos qui permettent d'en prendre plein les yeux tout en s'imprégnant de cette impression de vide et d'isolement.

    On pourrait croire qu'il n'y a que deux personnages dans Gravity : Sandra Bullock, impeccable dans un style plutôt inattendu, et George Clooney, parfait, comme d'habitude. Pour ma part, je rajouterai deux autres intervenants qui rendent ce film tellement réussi : la bande originale qui contribue grandement à faire se tortiller d'angoisse le spectateur, et surtout le décors, qui hypnotise et vous fait oublier où vous êtes pendant 1h30.  

    Alfonso Cuarón, dont le Harry Potter (et le prisonnier d'Azkaban) reste pour moi le plus réussi de la saga, réalise un film bluffant et nous dévoile la Terre et l'espace comme jamais.

    En résumé, ce film est à voir absolument sur l'écran le plus grand que vous puissiez trouver (je conseille l'Imax et/ou la 3D).