Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dans l'ombre de Mary, la promesse de Disney, 2014

    dans_l_ombre_de_mary.jpgVoilà un sujet casse-gueule et a priori sans grand intérêt : comment Walt Disney a réussi à acquérir les droits pour adapter Mary Poppins. Mais il y Emma Thompson. Et aussi Tom Hanks. L'histoire est bien ficelée, touchante et pleine d'humour. Inattendu et divertissant, ce film est une très bonne surprise. L'écrivaine revêche, le producteur obstiné et les créateurs poussés dans leurs retranchements : la palette de personnages est savoureuse. N'oublions pas la Californie du début des années 60 et l'Australie au début du 20ème siècle. Après avoir vu Dans l'ombre de Mary, la promesse de Disney, vous ne regarderez plus jamais Mary Poppins de la même façon.

  • Star Wars Identities, exposition à St Denis, 2014

    starwars_identites.jpgC'est excitée comme une gamine de 12 ans que je me suis rendue à l'exposition Star Wars Identities qui a ouvert ses portes à St Denis le 15 février dernier. Beaucoup de transport (métro ligne 13, au secours) et un billet au prix exorbitant n'ont pas réussi à me décourager.  J'ai découvert les quelques rares pièces intéressantes au milieu d'une quantité d'écrans repassant en boucle des extraits des films. Partout, des panneaux interactifs nous sollicitent pour essayer de dresser notre portrait : quel personnage de la saga êtes-vous ? Franchement, on s'en fout. Les enfants semblent apprécier de donner leur avis sur chaque aspect de l'histoire et sur chaque personnage, mais l'adulte que je suis, fan depuis toute petite aurait préféré être émerveillée par les objets proposés et par une ambiance un peu plus travaillée. L'exposition à la Villette en 2006 était bien meilleure et nous plongeait au coeur de l'aventure Star Wars. Cette redite vidée de sa substance, au rapport qualité/prix plus que douteux, n'intéressera que les enfants. Je suis ressortie déçue, frustrée et avec l'impression de m'être faite pigeonnée. La bonne nouvelle, c'est que la boutique de souvenirs est minable, vous ne serez donc pas tenté de vous ruiner. Epargnez-vous cette expo, et à la place, revisionnez les films, la satisfaction sera bien plus grande.

     

  • Monuments Men (2014, George Clooney)

    Monuments_Men.jpg

    Monuments Men promettait beaucoup, avec son casting impressionnant et son histoire attrayante. Malheureusement, le tout a été passé à la moulinette hollywoodienne et édulcoré au patriotisme américain exacerbé. La chasse au trésor(s) s'avère n'être qu'une balade ennuyeuse, où les acteurs s'amusent à peine, sans vraiment prendre la peine de se fouler. A croire que leur seule présence suffit à nous en donner pour notre argent. Les quelques tentatives humoristiques sont trop timides et trop peu originales pour susciter plus qu'un sourire faiblard. Les clichés du genre se bousculent : méchants allemands égoïstes, envahisseurs russes à la mine patibulaire, sauveurs américains au grand cœur, donner sa vie pour sauver l'Art...

     Comble de l'insulte, c'est une australienne (Cate Blanchett) parlant très mal français qui incarne une française. Un massacre mal camouflé malgré les efforts déployer pour masquer son accent. On ne manque pourtant pas d'actrices francophones qui auraient pu remplir ce rôle à merveille. Notre Jean Dujardin national ne démérite pas, au milieu de ses poids lourds  vieillissants du cinéma américain et britannique, mais cela ne fait pas oublier la déception en sortant de la salle. Le sujet méritait beaucoup mieux que cette superproduction américaine. Monumentale déception.

     

  • 300, la naissance d'un empire (Noam Murro, 2014)

    300_naissance_d_un_empire.pngJ'ai adoré 300 (sorti en 2006). Le rythme et l'esthétisme du film sont uniques. Les suites sont souvent (pas toujours) décevantes mais la curiosité l'emporte à chaque fois. J'ai donc été voir 300, la naissance d'un empire. Et j'ai eu exactement ce que j'attendais. Les images sont sublimes, dans la droite ligne de 300. Le contraste, les trucages et les batailles navales valent vraiment le détour. L'histoire est acceptable (sans plus) et permet une originalité inattendue dans les plans.

     En revanche, le casting est catastrophique. L'acteur principal (c'est quoi déjà son nom ?!) est d'une banalité déconcertante, rien à voir avec le charismatique Gérard Butler/Leonidas. La reine Gorgo s'est pris un méchant coup de vieux depuis 300 et Eva Green est simplement insupportable. Pour ceux qui ne l'aurait pas vu seins nus dans la (mauvaise) série Camelot, profitez de la séance de rattrapage.  Et les dialogues sont tellement ridicules...

    Bref, ce film est une réussite visuelle, rien de plus. Si vous y aller pour retrouver l'atmosphère de 300 vous aimerez, si vous en attendez plus, vous serez déçu.