Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'Exoconférence - DVD (Alexandre Astier, 2015)

    Inconditionnelle d’Alexandre Astier (Kaamelott), j’ai voulu prendre une place pour aller voir son spectacle en janvier prochain. Après réflexion,  j’ai préféré faire ma pingre et ma fainéante : j’ai acheté le DVD (moitié moins cher que la place) et je l’ai visionné tranquillou chez moi, vautrée dans mon fauteuil.

    J’ai eu du mal à rentrer dans le spectacle. Les vingt premières minutes ne m’ont pas convaincue. Et puis je me suis marrée. Une fois. Deux fois. Et je suis restée captivée jusqu’à la fin. Alexandre Astier a un discours drôle, cohérent et très bien documenté. Son interview (dans les bonus) est d’ailleurs un bon complément sur ses recherches, et elle me conforte un peu dans le choix de la version DVD plutôt que du live.

    Comme dans son spectacle précédent (Que ma joie demeure), Alexande Astier a tendance à brailler un peu. Ça m’agace. Mais l’Exoconférence est plus réussie et vaut la peine d’être vue, qu’on s’intéresse à l’astronomie et à l’exobiologie, ou pas. Plus qu’un divertissement, Alexandre Astier nous livre une mise à jour vulgarisée des connaissances actuelles sur le sujet, avec son style bien particulier. Un O.V.N.I. , pardon, un P.A.N. dans le paysage culturel français. A ne pas manquer.

  • Get Up (Bryan Adams, 2015)

    Après 7 ans d’attente et moult concerts à travers le monde, Bryan Adams sort enfin un nouvel album : « Get Up ! »

     « You belong to me » est la chanson far de cet album : rythmée et dynamique, elle fait l’ouverture d’un album plein de promesses. Malheureusement, le reste de l’album est sympathique mais aucune autre chanson n’est aussi marquante. Seulement neuf nouvelles chansons originales, donc une excellente et huit ordinaires : le même son, les mêmes rythmes mais pas d’étincelle qui ferait sortir « Get Up » du lot. Plutôt décevant quand on connait l’étendu du talent du chanteur-compositeur. Comble de déception : une interview de 12 minutes est ajoutée dans la version « Deluxe », seulement disponible en téléchargement (sauf import hors de prix). Les fans comme moi qui achètent le CD chez leur disquaire sont donc ravis. Heureusement, les plateformes légales de streaming le proposent à l’écoute.

    En résumé, mon sentiment est mitigé : contente de découvrir des nouveaux morceaux, toujours chantant, toujours dansant, avec la voix unique de Bryan Adams. Mais aussi déçue par le nombre réduit de chansons inédites, l’absence d’édition spéciale en CD, et surtout, le manque d’originalité de cet album si attendu. Bryan Adams reste fidèle à lui-même mais il a pris la mauvaise habitude de contenter la fan que je suis avec des albums et des éditions spéciales à la hauteur de mes attentes. Les quatre reprises acoustiques n’y changent rien, cet album simple (simpliste ?) ne satisfait pas mon appétit.

  • Le mystérieux secret de Jane Austen (Lhattie Haniel, 2015)

    le_mysterieux_secret_de_ja.jpg

     Je me suis laissé prendre par le titre, or malheureusement, il ne s’emploie pas seulement à conter la vie de Jane Austen. Ce roman, qui démarre comme une biographie, vire brutalement sur la fiction. L’emploi de la première personne du singulier et du présent narratif m’a gêné dès le début : le ton est mièvre et arrogant. Impossible d’imaginer une Jane Austen aussi naïve et fleur-bleue. Et alors qu’on pense s’acheminer gentiment vers la fin, on bascule sans crier gare dans un délire où se mêlent les gens que Jane Austen a côtoyés et les personnages de ses romans. Le tout au XXIème siècle. Les deux premiers tiers du roman sont encore supportables, mais j’ai sauté cette deuxième partie complètement loufoque. La conclusion est attendue et sent la tentative de happy end : « et elle vécue heureuse avec ses choix et ses expériences de jeunesse »… Du grand n’importe quoi.

     

    Bref, un ratage complet qui ne mérite pas de figurer dans la sélection des livres « Austeniens ».