Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Star Wars, Le Réveil de la Force (J. J. Abrams, 2015)

    Star Wars 7, le réveil de la Force marque un retour aux sources. Les décors, l’ambiance, les repères. Un vrai soulagement pour la fan que je suis qui avais peur qu’un nouveau délire multicolore et une débauche d’effets spéciaux masquent une histoire creuse et sans intérêt. L’univers de la première trilogie est de retour et c’est tant mieux.

    En revanche, le scenario prête à discussion car il y a beaucoup trop de similitudes avec l’épisode IV. A trop vouloir se rapprocher de la première trilogie, les scénaristes ont abusé du copier-coller et laissé trainer quelques incohérences. Et cela gâche un peu le plaisir.

    Mais cela n’est rien comparé au choc du casting. Le film démarre vingt ans après la fin de l’épisode VI. Or, le trio du casting précédent s’est pris quatre décennies. Même si Harrison Ford est toujours parfait en Han Solo, j’avoue qu’une touche de Photoshop n’aurait pas été du luxe. Et qui est cette caricature plastifiée qui a avalé la Princesse Leia ? L’incisive Princesse aux macarons a laissé place à la vieillissante Générale Organa au visage ravagé par l’abus de lifting. La peau tendue et la larme à l’œil, elle traine ses répliques mièvres, sa perruque décolorée et sa mélancolie tout le film. Au risque de paraphraser Han Solo, j’ai envie de lui dire « pousse-toi la boule ».

    Je passe sur C-3PO, proprement insupportable, R2-D2 qui se rallume quand il veut et sans raison, et Mark Hamill Kenobi qui se retrouve en deuxième place du générique alors qu’on ne le voit (à défaut de le reconnaitre) que dix petites secondes. Il a dû avoir du mal à apprendre son texte. Heureusement, Chewbacca, Rey (Daisy Riley), Finn (John Boyega) et BB-8 (le remplaçant de R2-D2) sont à la hauteur.

    En ce qui concerne les nouveaux méchants du côté obscure, je suis mi-figue mi-raisin. Je réserve mon jugement, j’attends de voir leur évolution. Il existe un gros risque qu’ils tombent dans le déjà vu et la caricature. Mais il se peut aussi qu’ils se révèlent inattendus et intéressants, il est trop tôt pour le dire.

    En résumé, le film m’a plu même s’il a de nombreux défauts. Je retiens que c’est l’introduction et que le meilleur reste à venir. Je retiens surtout le visuel, les magnifiques scènes (faucon Millenium, base Starkiller, Jakku…), l’humour et les quelques surprises du scenario qui me poussent à aller voir la suite. Sans hésitation.