Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Analogue (A-ha, 2005) par Total Bummer

A-ha - Analogue (2005) "T'écoutes quoi ? - A-ha. - A-ha ? Le boys band tout ringard qui chantait "Take on me" ? Ils sont pas morts ?" Et ben non, ils sont pas morts. 31 ans après leur tube planétaire "Take on me", le trio norvégien très largement sous-estimé est toujours en activité et est actuellement en tournée mondiale. Certes, les rides se sont creusées, les injections de Botox et les greffes capillaires sont passées par là mais ils existent encore ! Si le groupe a gardé une image de boys band auprès du grand public, il a toujours su évoluer et sortir des albums de qualité.

J'aimerais aujourd'hui parler d'un album qui me tient à cœur et qui mérite, à mon humble avis, que vos oreilles s'y attardent un peu. "Analogue", donc. Nous sommes en 2005. Le groupe existe depuis une vingtaine d'années et s'oriente depuis le début des années 2000 vers une musique pop aux mélodies subtiles qui restent en tête dès la première écoute. Le précédent album, "Lifelines", sorti en 2003, avait été un semi-échec. Des morceaux de qualité inégale, une production compliquée (quasiment un producteur différent par morceau donc pas de ligne directrice), le groupe se devait de se refaire. Et le pari est largement tenu. Les influences sont nombreuses. "Celice" est une version moderne de "Take on me" (comme quoi on peut s'influencer soi-même !). "Keeper of the flame" a quelque chose des Beatles, "Over the treetops" fait penser à du Crosby, Stills, Nash and Young (non, pas Tania Young). La production est superbe (écouter "White dwarf" au casque, un pur moment de bonheur), les arrangements subtils, les mélodies absolument magnifiques ("Keeper of the flame", "Cosy prisons", "Birthright"), les rythmes variés (Analogue, Don't do me any favours et Celice donnent la pêche) et quelle voix ce Morten Harket... Le genre de type qu'on ne peut que détester... Beau mec, une voix en or, qui a l'âge d'être mon père mais qui pourrait passer pour mon petit frère...

C'est vrai que l'album est plutôt triste et mélancolique et n'est donc pas spécialement le genre de disque auquel on penserait pour l'anniversaire de Tonton Gérard (qui lui est plutôt branché "Bébé Charlie" et "J'ai la quéquette qui colle"...). Mais faites l'expérience. Écoutez-le au casque, faites le vide dans votre esprit et laissez-vous faire. Un grand moment... Ils sont forts ces salauds de norvégiens...

Mes titres préférés : - White Dwarf - Keeper of the flame - Don't do me any favours - Cosy prisons - Halfway through the tour - Fine blue line.

Total Bummer

Les commentaires sont fermés.