Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Oh la vache (David Duchovny, 2016)

    David Duchovny est plus connu pour son rôle de Fox Mulder dans X-files que pour son régime alimentaire vegan et ses talents d'écrivain. Pourtant, il prend la plume pour raconter l’histoire de Elsie la vache sacrée, Shalom le cochon converti au judaïsme et Tom le Dindon qui rêve de Turquie. Consciente qu’elle va finir en steak haché, Elsie décide de prendre son destin en main et de quitter sa ferme douillette dans l’état de New York pour se rendre en Inde où elle espère finir sa vie en sécurité et vénérée par les humains.

    Ce joli conte vegan permet à l’auteur de partager ses idées et son amour pour les animaux avec le ton provocateur et décomplexé qu’on lui connaît. Le message est clair et le manque de subtilité assumé. Drôle, décalée et sympathique, Oh la vache, est une gentille balade qui se lit vite et bien. David Duchovny est assurément un ovni... très humain.

  • La chute de Londres (Babak Najafi, 2016)

    La_chute_de_Londres.jpgOn reprend les mêmes et on recommence. En changeant le décor. Gerard Butler, Aaron Ecklart, Morgan Freeman et Angela Bassett reprennent leur rôle pour faire face à une nouvelle attaque d’envergure. Cette fois, à Londres. Le premier opus (La chute de la Maison Blanche) était efficace comme un bon Die Hard qui prend un malin plaisir à voir pulvériser lentement mais surement la Maison Blanche. La chute de Londres reprend le même principe (attaque terroriste qui vise le Président des Etats-Unis et plus largement l’occident) et malmène la capitale Anglaise à coup de courses-poursuites, de bourres pifs et d’explosions diverses et variées. Le scenario est du même niveau que le premier film (tout à fait acceptable pour le genre), et les acteurs font le job. Cependant, contrairement au premier film qui nous confine dans la Maison Blanche et allie habilement l’action et la claustrophobie, le choix de situer l’action à Londres s’avère décevant. Seuls les plans larges sont à la hauteur des attentes. Les plans resserrés dans les rues et les bâtiments sont assez communs. L’originalité du lieu disparaît souvent et c’est dommage. Comme la Maison Blanche, Londres est censé être un personnage à part entière, mais elle est quelque peu délaissée au profit des scènes d’action.

    Globalement, La chute de Londres tient ses promesses, même s’il n’est pas épargné par un ou deux retournements attendus. A voir pour se détendre, pour Gérard Butler et pour la bande originale de Trevor Morris.

  • Insolent Veggie, une végétalienne très très méchante (Rosa B, 2015)

     

    Depuis quelque temps, je me documente sur les sujets concernant l’alimentation, l’environnement et la cause animale. Une fois commencé le questionnement et la recherche d’information, il est difficile (voire impossible) de ne pas plonger dans le monde Vegan*. L’actualité est riche, tant sur les sujets économiques et politiques que sur le plan artistique.

    En octobre 2015, Rosa B** a publié Insolente Veggie, une végétalienne très très méchante. Il s’agit d’un recueil de planches humoristiques publiées sur son blog*** qui explique de façon militante et humoristique le point de vue des veggan.

    Rosa B ne mâche pas ses mots. Il est vrai que la politique de l’autruche en matière de consommation alimentaire est devenue intenable : entre les OGM, les antibiotiques, les pesticides, les graisses animales… et leurs conséquences sur la santé et l’environnement, on ne sait plus comment manger. Les mauvaises habitudes alimentaires transmises de génération en génération depuis 60 ans, associées aux publicités mensongères (produits laitiers, céréales du petit déjeuner…) ont complètement conditionné les citoyens que nous sommes. Moi la première. Pas facile de sortir du schéma établit sans avoir une réelle motivation : eh bien ne cherchez plus, Rosa B vous explique tout.

    Insolente_veggie_3.jpgInsolente Veggie attaque de front : les dessins mettent le lecteur non-vegan face à ses responsabilités sans ménagement. Beaucoup de sujets sont abordés (les violences faites aux animaux, les préjugés envers le végétalisme, la nutrition, le végétalisme chez les enfants, la chasse, la corrida…) et Rosa B en profite pour rendre la pareille aux détracteurs des vegans. Les omnivores (et même les végétariens) en prennent pour leur grade : Insolente Veggie règle ses comptent après dix ans de frustration, d’insultes et de dénigrement de la part des mangeurs de viande. Tous ses arguments sont factuels, et Rosa B fait mouche à chaque fois avec son humour acéré.

    Je trouve dommage que l’auteure insiste surtout sur la souffrance animale, car les conséquences sanitaires et environnementales seraient, je pense, plus à même de convaincre une frange de la population à délaisser la viande (car c'est bien le but, in fine). Mais, Insolente Veggie est incisif, brutal, drôle et instructif. Une chose est sûre, si vous hésitez encore à arrêter de consommer de la viande, ce livre finira de vous convaincre, avec le sourire.

     

    *Le véganisme est un mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation. Au-delà de l'adoption d'un régime alimentaire végétalien (qui exclut la viande et le poisson, mais aussi les produits laitiers, les œufs et le miel), le véganisme exclut la consommation de tout autre produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d'abeille, cosmétiques et médicaments testés sur les animaux ou contenant des substances animales). Pour certains véganes il exclut également l'utilisation des animaux pour les loisirs (cirque, zoos, équitation) et le travail (chiens guides, chevaux de trait, etc.).

    ** Rosa B est la fondatrice de L214, une association de défense des animaux : http://www.l214.com/. Allez jeter un coup d’œil sur leur site, les informations présentées sont édifiantes.

    *** http://www.insolente-veggie.com/