Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Independance Day Resurgence (Roland Emmerich, 2016)

    independance_day_resurgence.jpg

    Déjà vingt ans que les extraterrestres ont débarqué. En 1996, Independance Day était l’évènement ciné de l’année, avec les effets spéciaux derniers cri ; Vingt ans plus tard on reprend les mêmes (sauf Will Smith) et on continue. Independance Day : Resurgence est une grosse bouffée de nostalgie. On est en terrain connu : mêmes décors, mêmes acteurs, même problème. C’est comme revoir un vieux film de famille. On a vieilli, on reconnait les images, mais on voit le tout d’un autre œil.

    Les envahisseurs sont de retour. Les terriens se croient préparés. Bravoure, courage, patriotisme… et armement futuriste. Independance Day 2 est fidèle à son prédécesseur, en plus moderne. Pas de surprise mais pas d’ennui non plus. Le contrat est rempli. Côté casting, les anciens sont fidèles aux postes et constants dans l’effort. Malheureusement, les nouveaux venus n’apportent pas le coup de fouet attendu : Liam Hemsworth rentre parfaitement dans le costume laissé par Will Smith, impatient, arrogant, efficace. Charlotte Gainsbourg s’est égarée dans cette superproduction américaine et ce n’est pas du tout une réussite. Et les nouveaux personnages secondaires sont… inintéressants. Tout l’intérêt du film repose donc sur les effets spéciaux et le scenario. Or, si les premiers sont très corrects, le second est attendu, presque un copier-coller du premier tome.

    Bref, Independance Day 2 est un film efficace sans grande originalité qui aurait mérité mieux que le bruit du tiroir-caisse comme final : Roland Emmerich va exploiter la franchise à fond et l’annonce haut et clair. Pas sûr que la qualité soit au rendez-vous dans les prochains épisodes car rien d’exceptionnel n’est apparu dans ce second volet. J’espère que Roland Emmerich réservera un meilleur sort à son nouveau Stargate.