Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le monde d'Evinrude - Page 5

  • Paul Watson, Entretien avec un Pirate (Lamya Essemlali, 2012)

    Entretien avec un pirate est un livre-interview de Paul Watson. Si vous ne connaissez pas encore le Capitaine Paul Watson et son association Sea Shepherd, vous risquez de tomber de haut en lisant ce livre. Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France) nous permet de découvrir le parcours de cet activiste écologique qui se bat depuis ses onze ans pour sauvegarder les océans, ses habitants et plus généralement les écosystèmes de la planète. Ce parcours hors du commun et les anecdotes présentées dans ce livre changeront votre regard sur le monde qui nous entoure.

    Ce livre explique pourquoi il y a des pirates en Somalie, pourquoi Greenpeace ne défend pas efficacement l’environnement, et pourquoi un homme qui n’a jamais commis aucun crime se retrouve sur la liste des criminels les plus recherchés d’Interpol. Accessoirement, ce livre m’a aussi permis de comprendre pourquoi les Australiens achètent des sous-marins aux Français plutôt qu’aux Japonais, la véritable raison étant passé sous silence par les medias.

    Au-delà du sujet de première importance traité dans ce livre (si les océans meurent, nous mourront aussi), j’y ai découvert un homme extraordinaire au premier sens de terme : engagé, intelligent, fin stratège, efficace, incorruptible et motivé par un seul et unique objectif : faire respecter les lois de conservation marine par tous les moyens légaux à sa disposition. Les adeptes de la stratégie apprécient ses méthodes, les fervents défenseurs de la nature applaudissent ses résultats et les simples citoyens du monde que nous sommes le remercions du font du cœur de faire le boulot à notre place et surtout à la place des gouvernements que nous avons élus.

    Je vous défie de continuer à manger du poisson et des produits de la mer avec la conscience tranquille après avoir lu Entretien avec un pirate. Peu de livres ont éveillé ma conscience comme celui-ci.

    A mettre en haut de la pile des lectures indispensables. En plus, il se lit vite et facilement, donc pas excuse !

  • Ma Reine (Total Bummer, 2016)

    La première fois que j’ai entendu Ma Reine, j’ai écouté les paroles, pour découvrir la nouvelle histoire de Total Bummer. L’écoutant de nouveau, j’ai été happée doucement mais surement par la mélodie calme et envoutante du trio guitare sèche, piano et violoncelle. Une belle union acoustique qui suspend le temps et encourage à l’écouter encore.

    Avec La plus jolie fille du monde, total Bummer change complètement de style. On retrouve le rock de la guitare électrique et de la basse, quelque part entre Coming Home et Tania Young. Total Bummer pourra bientôt sortir tout un album rock qui n’aura rien à envier aux chanteurs rock (français) connus.

    Bonne continuation Total Bummer, et n’attends pas trop pour publier de nouvelles chansons !

     

    Cliquez ici pour écouter les titres sur Deezer.

     

     

  • Puggy, concert à la Maroquinerie (16 Avril 2016)

    Samedi 16 avril, Puggy a donné son premier concert Parisien à la Maroquinerie (20ème arr). J’ai pu y découvrir quelques titres de leur nouvel album qui sortira vendredi prochain (22 avril). D’abord surprise par le choix de cette petite salle (ils ont déjà rempli l’Olympia), force est de constater que c’était un bon choix : j’ai beaucoup apprécié la proximité du groupe et l’ambiance chaleureuse d’un public (un peu) restreint. Alternant anciens titres et nouveautés, le groupe a pu s’éclater devant un public conquis. Pour ma part, je ne regrette pas ma précommande de l’album « Colours » : les nouveaux titres sont à la hauteur de mes attentes.

    IMG_4189.JPGAutre surprise de taille, j’ai découvert en première partie I am stragram. Il a su mettre le public dans sa poche dès la première chanson. Six chansons plus tard, je pianotais sur mon portable pour trouver ses titres sur internet. Je vais suivre cet artiste de près !

    Si vous n’avez pas encore vu Puggy sur scène (honte à vous), il vous reste 3 séances de rattrapage : mardi 19, mercredi 20 et jeudi 21 avril. Le groupe sera aussi en show case mercredi 27 avril à 18h à la FNAC de St Lazare. Profitez-en avant que leur notoriété croissante ne leur permette plus les représentations en petit comité !

     

  • Acoustic (John Cape & Tony Sly, 2004), par Total Bummer

    « T’écoutes quoi ?

    - « Acoustic » de Joey Cape et de Tony Sly.

    - Connais pas…

    - Vraiment ? Quelle chance ! Ecoute et savoure !

    - (râle de satisfaction intense) »

    Joey Cape et Tony Sly, respectivement chanteurs des groupes de punk californien « Lagwagon » et « No Use for a name », décident de surprendre leur petit monde en sortant en 2004 une galette de 12 titres répartis comme suit : 6 titres chacun comprenant 5 reprises de leurs chansons punk en version acoustique + un titre inédit.

    Le pari est intéressant : comment transformer en morceaux acoustiques chargés d’émotions et de mélancolie des morceaux écrits à l’origine pour être joués très vite et dégager un maximum d’énergie ? Comment démontrer que des chansons « punk » peuvent être bien plus riches et profondes que ce que l’on peut imaginer à la première écoute ?

    C’est Tony Sly qui ouvre le bal et les 6 titres se laissent écouter avec beaucoup de plaisir. C’est fluide, c’est beau, on retrouve les jolies mélodies de « No use for a name » dans des versions acoustiques finalement pas si éloignées des versions originales et le titre inédit, « Stunt double », est plutôt convaincant.

    Passons maintenant à Joey Cape… Que dire…. La claque… Alors que Tony Sly s’était plus ou moins contenté de débrancher les guitares, Joey Capé réinvente littéralement chaque titre… Démonstration de sensibilité et de subtilité musicale, arrangements épurés et toujours justes… Et cette voix qui donne toujours la petite boule au ventre… Je me souviens encore de la première fois où j’ai écouté ces morceaux et je ne m’en suis jamais remis. J’irai même plus loin en disant que le morceau « Wind in your sails », à l’origine pur titre punk à la mélodie peu évidente, est dans sa version acoustique sans doute le plus beau morceau que j’aie pu entendre jusqu’à présent… Que ce soit le texte ou la musique, c’est pour moi un modèle du genre…

    On a tous des albums qui font partie de la BO de notre vie et cet album occupe une place prépondérante dans la mienne, encore aujourd’hui. Douze ans après, l’émotion est toujours intacte et Joey Cape reste pour moi le modèle à suivre, le maître à penser. Je reviendrai sur sa carrière dans d’autres chroniques.

    Mes titres préférés : International you day, Not your savior, Wind in your sails, Violins, Twenty-seven.