Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le monde de Jane Austen

  • Death comes to Pemberley (2014, BBC)

    Adaptation du roman de P. D. James, Death Comes to Pemberley est une suite d’Orgueil et préjugés. L’histoire se déroule une dizaine d’années après la fin du roman de Jane Austen, sous la forme d’une intrigue policière. George Wickham plonge une nouvelle fois la famille Darcy dans la tourmente suite au meurtre de son meilleur ami, le Capitaine Denny. Suspens, querelles et scandale s’invitent alors à Pemberley.

    J’ai immédiatement été séduite par l’atmosphère et les décors de cette mini-série de trois heures. Parfaitement recréée, l’ambiance du romain de Jane Austen nous embarque dès la première scène. Le casting est impeccable (avec Anna Maxwell Martin, déjà vue dans Becoming Jane et Philomena) et l’intrigue m’a tenue en haleine jusqu’au bout. Plutôt septique (mais très curieuse) en achetant le DVD, je ne pensais pas que le style policier pourrait aussi bien se marier avec l’histoire des Darcy. Encore une excellent série BBC à découvrir.

  • Le mystérieux secret de Jane Austen (Lhattie Haniel, 2015)

    le_mysterieux_secret_de_ja.jpg

     Je me suis laissé prendre par le titre, or malheureusement, il ne s’emploie pas seulement à conter la vie de Jane Austen. Ce roman, qui démarre comme une biographie, vire brutalement sur la fiction. L’emploi de la première personne du singulier et du présent narratif m’a gêné dès le début : le ton est mièvre et arrogant. Impossible d’imaginer une Jane Austen aussi naïve et fleur-bleue. Et alors qu’on pense s’acheminer gentiment vers la fin, on bascule sans crier gare dans un délire où se mêlent les gens que Jane Austen a côtoyés et les personnages de ses romans. Le tout au XXIème siècle. Les deux premiers tiers du roman sont encore supportables, mais j’ai sauté cette deuxième partie complètement loufoque. La conclusion est attendue et sent la tentative de happy end : « et elle vécue heureuse avec ses choix et ses expériences de jeunesse »… Du grand n’importe quoi.

     

    Bref, un ratage complet qui ne mérite pas de figurer dans la sélection des livres « Austeniens ».

     

  • Jane Austen : controverse autour d’un portrait supposé de la romancière (article sur Rue89)

     Le tableau représente-t-il oui ou non l’écrivaine ?

    Lire l'article sur le site de rue89 :

    http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2012/06/10/jane-austen-controverse-autour-dun-portrait-suppose-de-la-romanciere-232876

  • La quête de Mary Bennet (Pamela Mingle, 2015)

    Quelle idée de choisir la moins attirante des sœurs Bennet pour être le personnage principale d’un roman ! Moralisatrice, aigrie et imbue d'elle même, Mary Bennet est la troisième des cinq sœurs Bennet de Orgueil et Préjugés. Pas aussi belle et sage que ces deux ainées, ni aussi joyeuse et désinhibée que ses deux sœurs cadettes, Mary a un avenir plutôt déprimant. Alors que trois de ses sœurs finissent mariées à la fin de Orgueil et Préjugés, Jane Austen lui prédit une vie de vieille fille, à qui reviendra la lourde tâche de s’occuper de ses parents dans leurs vieux jours.

    Il semble que Pamela Mingle se soit prise d’affection pour ce personnage et qu’elle ait décidé que Mary méritait aussi d’être heureuse. Respectant parfaitement le style imposé par le roman « régence », P. Mingle redéfinit complètement le personnage de Mary. S’il est vrai que les personnages peuvent évoluer et changer au cours d’une histoire, la transformation de Mary est beaucoup trop rapide. L’histoire commence quelques années après le mariage de Lizzie et Jane et durant ce lapse de temps Mary est passée de la parfaite idiote décrite dans Orgueil et Préjugés à une jeune femme sensée cherchant à échapper à un destin tout tracé. Difficile à croire et difficile à avaler. Heureusement, l’histoire est très travaillée. On croise beaucoup de personnages de l’œuvre originale : ils sont tels qu’on les connait et leur intervention est très enrichissante. Je suis agréablement surprise par le personnage de Kitty dont l’histoire s’inscrit parfaitement dans la lignée de Orgueil et préjugés. En fait, seul le personnage de Mary dénote dans cette suite. Cependant, une fois entré dans l’histoire, on se laisse porter sans arriver à vraiment deviner quel sera le dénouement final, ce qui assez rare dans les livres du genre pour être souligné.

    En résumé, ce livre est agréable même si le personnage central n’est pas vraiment le personnage de qu'on attend. Mais la Mary Bennet de Pamela Mingle est une belle excuse pour une jolie balade au pays de Jane Austen, avec des personnages secondaires et des intrigues très réussis. Alors pourquoi s’en priver ?