Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Veggie

  • L'Antispécisme, c'est pas pour les chiens (Rosa B, 2016)

    Après Insolente Veggie, Rosa B remet couvert avec L’Antispécisme, c’est pas pour les chiens. Avec son humour cash, elle nous explique sans prendre de gant ce qu’est l’antispécisme. Peut-être n’avez-vous pas eu le courage de lire Antispéciste de Aymeric Caron, car bien trop épais ; ou alors les débats télévisés qui abordent le sujet vous ennuient, car le vegan (entouré d’une meute de viandards prêt à tout pour pouvoir manger leur steack-frites l’esprit tranquille) n’arrive pas à en placer une. Ou peut-être vous laissez-vous bercer par les reportages télévisés bourrés de clichés. Pas motivant et très déprimant. L’Antispécisme, c’est pas pour les chiens est fait pour vous. Direct, percutant, drôle et complet, ce recueil de dessins fait le tour de la question. Vite lu, et une fois terminé, vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas compris. Et peut-être, qui sait, verrez-vous les choses différemment et commencerez-vous à vous poser des questions.

    Si vous êtes déjà convaincu(e), ce livre vous fera du bien, vous confortera et surtout vous fera rire. Parce que Rosa B est une militante à l’humour grinçant qui sait faire passer son message avec talent et de façon décomplexée.

    A lire et à offrir.

     

    PS : Rosa B : Merci pour la dédicace à Veggie World, superbe.

  • 100 jours sans viande (Aline Perraudin, 2016)

    Voilà un livre qui tombait à pic. Après plusieurs mois de végétarisme, j’allais pouvoir confronter mon expérience avec celle d’une journaliste. Les débuts hésitants, les questionnements, les recherches, les trouvailles, les difficultés…

    Malheureusement, je n’ai rien trouvé de tout cela dans 100 jours sans viande. L’auteure explique ses motivations et balaye toutes les raisons d’arrêter de consommer de la viande avec justesse. Le livre contient beaucoup de références, il est très bien documenté. Il n’est ni lourd à lire ni pompeux. Mais voilà, il m’a énervé de bout en bout. J’ai lu beaucoup de livres sur le sujet et celui-ci est le plus démotivant.

    C’est une déchirure pour l’auteure d’arrêter la viande. C’est renoncer à ses souvenir d’enfance, à ses habitudes, à son plaisir gustatif, à ses sorties au resto ; c’est une contrainte pour son compagnon et un plongeon dans l’inconnu. L’arrêt de la viande n’a d’autre but que de soulager sa conscience. C’est un mal pour un bien : un sacrifice. Or le végétarisme c’est bien plus que ça : c’est se nourrir mieux, avec des produits seins (si on sait les choisir), simples, gustatifs… C’est réapprendre à consommer et découvrir de nouveaux ingrédients, de nouveaux plats, c’est supprimer une quantité astronomique de saloperies industrielles…

    De plus, son parcours est le parfait exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire : supprimer la viande de son alimentation du jour au lendemain sans avoir étudier la question au préalable. Elle a commencé par compenser en mangeant du poisson (en se renseignant un minimum, on comprend vite que c’est aussi nocif pour la santé, l’environnement et cause de souffrance animale), sans connaitre la base de l’alimentation végétarienne ni savoir où trouver les produits. Un gros chapitre est consacré aux substituts de viande (comme les protéines artificielles et insectes), faisant miroiter un futur hyper-flippant du point de vue alimentaire. On peut être végétarien (voire vegan) sans se nourrir d’aliments artificiels ! Bien au contraire. On sent l’auteure osciller entre tristesse culinaire et fierté d’avoir encore réussi à passer un repas sans viande. Globalement, ce livre est déprimant et pas du tout à la hauteur du sujet.

    Quand je lis le sous-titre : « pourquoi et comment arrêter la viande », je me dis que ce livre atteint son objectif sur le « pourquoi » mais passe complètement à côté du « comment ».

    Si vous êtes végétarien depuis peu, souhaitez le devenir ou simplement vous documenter sur le sujet, ne commencez surtout pas par ce témoignage.

  • Oh la vache (David Duchovny, 2016)

    David Duchovny est plus connu pour son rôle de Fox Mulder dans X-files que pour son régime alimentaire vegan et ses talents d'écrivain. Pourtant, il prend la plume pour raconter l’histoire de Elsie la vache sacrée, Shalom le cochon converti au judaïsme et Tom le Dindon qui rêve de Turquie. Consciente qu’elle va finir en steak haché, Elsie décide de prendre son destin en main et de quitter sa ferme douillette dans l’état de New York pour se rendre en Inde où elle espère finir sa vie en sécurité et vénérée par les humains.

    Ce joli conte vegan permet à l’auteur de partager ses idées et son amour pour les animaux avec le ton provocateur et décomplexé qu’on lui connaît. Le message est clair et le manque de subtilité assumé. Drôle, décalée et sympathique, Oh la vache, est une gentille balade qui se lit vite et bien. David Duchovny est assurément un ovni... très humain.

  • Insolent Veggie, une végétalienne très très méchante (Rosa B, 2015)

     

    Depuis quelque temps, je me documente sur les sujets concernant l’alimentation, l’environnement et la cause animale. Une fois commencé le questionnement et la recherche d’information, il est difficile (voire impossible) de ne pas plonger dans le monde Vegan*. L’actualité est riche, tant sur les sujets économiques et politiques que sur le plan artistique.

    En octobre 2015, Rosa B** a publié Insolente Veggie, une végétalienne très très méchante. Il s’agit d’un recueil de planches humoristiques publiées sur son blog*** qui explique de façon militante et humoristique le point de vue des veggan.

    Rosa B ne mâche pas ses mots. Il est vrai que la politique de l’autruche en matière de consommation alimentaire est devenue intenable : entre les OGM, les antibiotiques, les pesticides, les graisses animales… et leurs conséquences sur la santé et l’environnement, on ne sait plus comment manger. Les mauvaises habitudes alimentaires transmises de génération en génération depuis 60 ans, associées aux publicités mensongères (produits laitiers, céréales du petit déjeuner…) ont complètement conditionné les citoyens que nous sommes. Moi la première. Pas facile de sortir du schéma établit sans avoir une réelle motivation : eh bien ne cherchez plus, Rosa B vous explique tout.

    Insolente_veggie_3.jpgInsolente Veggie attaque de front : les dessins mettent le lecteur non-vegan face à ses responsabilités sans ménagement. Beaucoup de sujets sont abordés (les violences faites aux animaux, les préjugés envers le végétalisme, la nutrition, le végétalisme chez les enfants, la chasse, la corrida…) et Rosa B en profite pour rendre la pareille aux détracteurs des vegans. Les omnivores (et même les végétariens) en prennent pour leur grade : Insolente Veggie règle ses comptent après dix ans de frustration, d’insultes et de dénigrement de la part des mangeurs de viande. Tous ses arguments sont factuels, et Rosa B fait mouche à chaque fois avec son humour acéré.

    Je trouve dommage que l’auteure insiste surtout sur la souffrance animale, car les conséquences sanitaires et environnementales seraient, je pense, plus à même de convaincre une frange de la population à délaisser la viande (car c'est bien le but, in fine). Mais, Insolente Veggie est incisif, brutal, drôle et instructif. Une chose est sûre, si vous hésitez encore à arrêter de consommer de la viande, ce livre finira de vous convaincre, avec le sourire.

     

    *Le véganisme est un mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation. Au-delà de l'adoption d'un régime alimentaire végétalien (qui exclut la viande et le poisson, mais aussi les produits laitiers, les œufs et le miel), le véganisme exclut la consommation de tout autre produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d'abeille, cosmétiques et médicaments testés sur les animaux ou contenant des substances animales). Pour certains véganes il exclut également l'utilisation des animaux pour les loisirs (cirque, zoos, équitation) et le travail (chiens guides, chevaux de trait, etc.).

    ** Rosa B est la fondatrice de L214, une association de défense des animaux : http://www.l214.com/. Allez jeter un coup d’œil sur leur site, les informations présentées sont édifiantes.

    *** http://www.insolente-veggie.com/